BECOMING ELSEWHERE Entrepreneurs porte le projet depuis début 2020 de construire un rempart solide face à la complexité de protéger efficacement son territoire, son identité numérique et revendiquer son droit à l’émancipation technologique face à certaines entreprises hégémoniques….

Afin de :

  • Lutter face aux cyber attaques par une offre positive pour valoriser les entreprises qui défendent leurs territoires et le futur de l’identité des citoyens/citoyennes
  • Compléter les écosystèmes technologiques en cybersécurité en intégrant les écosystèmes en Legaltech, Regtech, Tiers de Confiance, Identité Numériques…
  • Construire une réponse collective d’envergure basée sur des temps longs qui redonnent une vision, un sens, une cohérence par l’éthique face au manque de valeurs et de courage décisionnel depuis de longues années
  • Répondre à ce séisme civilisationnel majeur passera par l’Innovation Sociétale avec une réponse visionnaire, philosophique au message fédérateur dépassant les clivages
  • Redonner confiance dans le futur aux jeunes générations désabusées préférant se convertir en hackeurs 

2 objectifs majeurs :

-Commencer à se protéger en interne par des résolutions éthiques et souveraines

-Construire une alternative internationale souveraine de confiance au niveau Gouvernance & Technologies Complexes Durables (dans le cadre de la Francophonie)

CONSTATS

De plus en plus d’attaques en cybersécurité (plus d’1 entreprise sur 2 attaquée) – ACEI (71% des entreprises Canadiennes), CESIN Baromètre (80% des entreprises françaises)

De moins en moins de groupes d’assurance capables de financer les risques ou ransomware

Les risques cyber devenus le risque numéro 1 pour la sécurité économique depuis le COVID

Même les plus grands acteurs sont en retard de 2 à 3 ans sur la livraison de clients pour leur protection en cybersécurité

Les fournisseurs de cybersécurité ont en moyenne que 1 ou 2 CISO pour 40 à 50 employés

La pénurie de main d’oeuvre est immense : 1entreprise sur 1000 doit avoir un CISO ou un Directeur de Cybersécurité ou même un technicien pour monitorer/surveiller….

La main d’oeuvre est hors de prix avec des salaires surestimés pour des personnes moyennement compétentes

La rotation des employés en cybersécurité est énorme fragilisant encore plus les organisations. Trop de pouvoir et de responsabilités sur trop peu de personnes

Les technologies cyber sont très couteuses et très difficiles à implanter pour des entreprises normales

Les tentations pour de nombreux employés de grandes organisations ou de fournisseurs de commettre des actes de malveillance sur la gestion des données se développent

CHEMINEMENT

Organiser un débat officiel récurrent et annuel : Conférences Cybersécurité ACTION TI

Avancer avec une cartographie évolutive des entreprises/technologies de confiance intégrant la cybersécurité, la défense, la legaltech et la regtech principalement pour :
Démocratiser la cyberdéfense de confiance :
Former des personnes bienveillantes, fidèles et reconnaissantes : profils des décrocheurs ou chômeurs (Cybercap par exemple)
Former des fournisseurs TI traditionnels loyaux sur la durée
Fournir des solutions prêtes à l’Emploi pour aider les petites et moyennes organisations/associations/villes/entreprises
Proposer un service simple avec une surveillance + 1 technologie à des coûts mensuels très faibles
Assainir le marché des fournisseurs par une régulation basée sur l’éthique et la souveraineté des données/identités

Démontrer et Communiquer à la fois l’impact sur :
la réduction du nombre d’attaques ransomware
l’augmentation du savoir devenir par une progression globale des organisations face aux enjeux de cybersécurité
avec un salaire décent pour le monitoring
la cohérence des salaires/compétences dans ce domaine

Viser un Rééquilibrage entre le développement économique/productivité et la sécurité 

Idées proposées par les conférencières/conférenciers de ce jeudi 4 Novembre 2021 au Centre des Congrès de Québec (Ville) :

-Vérités plurielles

-Souverainetés plurielles

-Créer sa souveraineté technologique notamment par l’opportunité de l’Open Source

-Labellisation d’entreprises de confiance locales et internationales

-Suffit t’il de former davantage ou d’implanter plus de technologies de sécurité?

-S’accorder le droit de penser localement pour son futur? Ou laisser des structures hégémoniques dépasser les États dans leurs régulations intérieures?

-Contrat social

-Attractivité d’investissement, financer la R&D locale…oui…mais pas sans cohérence, sans critères de confiance….

 

VISION PROSPECTIVE:

  • Concevoir une cartographie qui rassemblerait/labelliserait les acteurs de confiance avec des critères liés aux engagements sur la durée :

Entreprises ou technologies souveraines

Efficience des technologies

Universalité des usages,

Implantations faciles avec peu de transfert de compétences

Facilité d’utilisation

Prix pour les petites et moyennes organisations,

Cohérence avec le futur pour faire coïncider les intentions des dirigeants et la sauvegarde des intérêts du Québec/Québécois (identités, responsabilités, droits locaux avec notamment la loi 64…)

  • Proposer à d’autres pays partenaires de se joindre à cette quête et s’associer pour créer une réponse mondiale souveraine technologique de confiance (mondialisation choisie)